Accueil     A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Musique absolue

Cette notion apparaît au milieu du 19e siècle (E. Hanslick). Absolu signifie : détaché, existant en soi, sans rapport avec quelque chose d'autre. La musique absolue serait donc de la musique qui existe d'elle-même et qui ne touche pas le domaine extra-musical comme la poésie ou les arts plastiques.

Dans le cadre de la Musica nova, il est aussi souvent question de musique abstraite. F. Busoni disait que la musique devait s'efforcer d'atteindre le son abstrait et il voulait dire par là qu'elle devait se détacher de tout ce qui n'était pas de la musique pure. C'est pourquoi elle devait aussi se séparer des instruments connus jusqu'alors.

Comme les mots créent inévitablement des relations avec le monde extra-musical, la musique absolue et abstraite ne peut être qu'instrumentale et non vocale. La musique absolue est le contraire de la musique descriptive tonale. Comme la musique se voit imposer des frontières extra-musicales qui sont assez strictes, on ne peut pas parler de musique absolue au sens propre du terme car elle serait alors un jeu de sons purs et à peine compréhensibles.

Là où la musique a pu s'approcher de l'absolu, dans les arts contrapuntiques hollandais ou encore dans les compositions travaillées exactement selon la technique dodécaphonique, un mouvement contraire a suivi en réaction, ici en faveur de la monodie, là pour l'assouplissement des lois dodécaphoniques.

L'histoire de la musique peut être considérée comme un pendule oscillant entre les pôles de la musique descriptive tonale et de la musique absolue, chaque pôle restant lui-même inaccessible. L'esthétique de la musique s'efforce de résoudre ce problème. Il apparaît cependant impossible de trouver des normes objectives.

Contact  - Participer  - Newsletter
Copyright © 2013-2017 - www.musicmot.com
Site en partenariat avec
pianoweb.fr et cadenceinfo.com