Accueil     A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Orgue

Instrument de musique à vent (dans sa version acoustique) constitué d'un ensemble de tuyaux sonores alimentés par une soufflerie et accordés suivant une gamme prédéfinie. L'orgue est un instrument de musique généralement constitué d'un ou plusieurs claviers et d'un pédalier. Il existe également des orgues automatisés (automatophones), équipés de cylindres ou de cartons perforés destinés à reproduire le plus souvent des airs populaires (orgue de barbarie, par exemple)...

Les premiers exemples connus d'orgue nous ramènent au 3e siècle avant Jésus-Christ avec l'hydraule (orgue à "eau"). Dans cet instrument d'origine byzantine dont un exemplaire sera offert à Pépin le Bref, l'eau joue le rôle d'équilibreur de pression et sera remplacée par les soufflets aux alanetours du 10e siècle de notre ère.


1 - Orgue "à bouche" ou flûtes

Instrument à clavier d'origine turque (2e siècle) appelé souvent orgue d'église ou orgue à tuyaux. Il utilise le principe de la flûte à bec. Il est constitué d'une console qui comprend de 2 à 4 claviers de 4 octaves disposés les uns au-dessus des autres, du pédalier et des commandes de jeux. Sa tessiture est de six à dix octaves en fonction de la longueur des tuyaux utilisés.

Fonctionnellement, un orgue à tuyaux présentent plusieurs séries en nombre variable de "flûtes" activées par des soupapes commandées par le clavier et sélectionnées par les commandes de registre ou de jeux. Dans l'absolu, il faut un tuyau par note de clavier, soit donc soixante et un tuyaux pour un registre et un clavier de cinq octaves, mais on peut dans certains cas "tricher" par des procédés de reprise (on récupère le son d'un même tuyau pour plusieurs notes). D'autres auc ontraire, nécessitent deux, trois séries de tuyaux.

Les 109 jeux de Notre-Dame de Paris peuvent permettre un rapide calcul approximatif de tuyaux que l'on pourra y trouver. En France un grand nombre des instruments en fonction sont signés du facteur Cavaillé-Coll qui les réalisa au cours du 19e siècle.

Le son est généré par les nombreux tuyaux parfois montés en châssis afin d'améliorer le son et correspondant chacun à une note. Plus le tuyau est long, plus la fréquence de vibration est lente et le son grave. Les tuyaux sont alimentés par de l'air comprimé grâce à une soufflerie autrefois mécanique et aujourd'hui électrique. Les claviers et le pédalier commandent l'instrument. L'enfoncement d'une touche ou d'une pédale ouvre des clapets qui dirigent l'air à travers une fente dans les tuyaux. Une pièce en plomb, le biseau, fait office de sifflet. La colonne d'air située dans le corps du tuyau rentre alors en résonance.

Orgue à anches

2 - Orgue à anches

Le son est généré par des anches qui vibrent sous l'effet du souffle produit par des soufflets, actionnés le plus souvent par deux pédales. La pédale d'expression est actionnée par le genou. Il est utilisé dans les petites églises et les chapelles qui ne disposent pas d'orgue à tuyaux. Sa tessiture est de cinq octaves. Il existe un modèle portable dont les soufflets sont actionnés d'une main, tandis que l'autre main joue la mélodie au clavier.


3 - Orgue électrique

Le prix, l'entretien et l'encombrement de l'orgue à tuyaux ont encouragé de nombreux chercheurs à lui trouver une alternative économique et compacte. AInsi l'harmonium de Mustel, mais encore plus près de nous, les orgues fabriqués par Laurens Hammond dès 1937 et dont la destination première sera très vite "dévoyée" vers le jazz, puis la pop music.

Instrument originaire des Etats-Unis (1930), l'orgue électrique est généralement constitué de deux claviers superposés de quatre à six octaves. Une pédale d'expression (volume) et un pédalier complètent l'instrument. Le son est généré par une combinaison de composants mécaniques et électriques et les sonorités sont modifiées grâce à des tirettes de registres.

Orgue Hammond

L'orgue de la marque Hammond est le plus célèbre représentant des orgues électriques. Très présent dans la musique jazz des années 1950/1960, il contient des disques de tailles diverses dont la rotation produit des sons captés par des micros, puis transmis à un amplificateur et à un ou deux haut-parleurs qui reproduisent le son caractéristique de l'instrument. Voir Hammond.

Hammond créera le concept du "spinet" (deux claviers de 44 notes décalés, et un pédalier de treize notes) qui sera repris par environ 80 fabricants entre les années 60 et 90, alors qu'aujourd'hui, les constructeurs d'orgues-meuble se comptent plus guère que sur les doigts d'une main. Les pio,,iers, dès la fin des années 50, étaient alors Farfisa, Philips et Matsushita ; ils utilisaient une production sonore réalisée par une batterie d'oscillateurs électroniques.




4 - Orgue électronique

Orgue originaire des Etats-Unis (1937). A la différence du clavier électrique, il ne possède pas de pédalier ou un pédalier réduit à 1 octave/1 octave 1/2. Le son est généré à l'aide de circuits électroniques oscillants et il possède des présélections. Instrument populaire durant les années 1960, il est revenu à la mode dans les années 1980 avec la musique House. Les modèles les plus prisés sont l'orgue Johannus et le Continental de chez Vox qui produit un son ténu et nasillard souvent modulé d'un vibrato caractéristique.

Orgue électronique

5 - Orgue numérique ou digital

Né dans les années 1980, l'orgue numérique génère un son produit sur les bases de l'informatique. Il utilise les moyens de l'échantillonnage (sampling) pour reproduire les timbres de véritables tuyaux d'un orgue d'église ou des échantillons provenant d'un orgue Hammond, par exemple.

La restitution sonore se fait soit par synthèse harmonique (chaque échantillon est analysé et synthétisé par la mémoire interne à l'orgue pour générer des harmoniques, soit par la lecture directe des échantillons mis en boucle longue (un échantillon permet d'obtenir plusieurs notes en changeant sa fréquence de restitution).

Contact  - Participer  - Newsletter
Copyright © 2013-2017 - www.musicmot.com
Site en partenariat avec
pianoweb.fr et cadenceinfo.com